BIO

Drapeau de la France
Drapeau des États-Unis d'Amérique

D'origines basque et argentine, Pablo vit à Paris après avoir mené en parallèle sa formation de pianiste et ses études (Sciences Po puis musicologie). Initialement autodidacte, son approche du piano est nourrie par l’enseignement de certains de ses maîtres, de Barry Harris à Benny Green ; Chanteur fasciné par Nat King Cole depuis son plus jeune âge, Pablo a entre autres étudié avec le regretté Marc Thomas.

En parallèle de son trio et quartet, Pablo est membre fondateur du ZOOT collectif qui réunit les jeunes jazzmen de la scène parisienne, et avec qui il produit le spectacle Pannonica avec Natalie Dessay, créé fin 2019 à la Seine Musicale. Considéré comme l'une des voix masculines émergentes de la scène jazz, il est invité par le Keystone Big Band sur leur production de West Side Story ainsi que sur leur prochain album à paraître fin 2021 ; en décembre dernier, on le retrouve dans la comédie musicale écrite et mise en scène par Agnès Jaoui « On va se quitter pour aujourd’hui » (Radio France - SACD).

 

Son dernier album en leader ("People Will Say", Jazztime Records, 2019) est enregistré à New York avec deux maîtres du jazz américain : Peter et Kenny Washington. L’album reçoit les labels « Must TSF Jazz », « Coup de cœur Jazz à FIP », « Choc Classica ».

« Réunir un talent de vrai chanteur et être un pianiste épatant est rare. Pablo Campos parvient à surprendre et à charmer, à enthousiasmer avec un naturel désarmant et un sens du swing indéfectible. »

 

Jean-Pierre Jackson (Classica)

"La sincérité de Pablo lui permet d'établir une connexion musicale et personnelle avec les musiciens qui l'accompagnent et avec l'auditeur. Il n'y a pas de barrière; il vous invite dans son univers, et vous devenez partie prenante de cette expérience musicale (…) L'émergence d'un nouveau chanteur masculin de cette envergure est rare. Je m'attends à voir le nom de M. Campos commencer à apparaître dans les Downbeat polls - il mérite l'attention de la presse internationale"

                                           Nich Anderson (JazzVox Series, Seattle, USA)

"Le verse a cappella nous confirme que ce jeune chanteur est une future star de nos scènes. Insensiblement on pense à Nat King Cole, ou plus récemment à Harry Connick Jr, deux chanteurs maîtres du clavier (ou l’inverse) [...] Il capte avec une grande simplicité l’attention du public. Pas d’esbroufe, pas de figures de style, du pur et du sincère qui touche à sa cible."​

Pascal Derathé (Jazz Rhône Alpes)